Sélectionner une page

Non ma chérie, je suis juste triste.

« Tu goudes ? »

Non ma chérie, je ne boude pas. Bouder ça sert à rien. Surtout pas dans ces cas-là.

On m’a souvent reproché d’être trop sensible. Quand j’étais petite, j’ai souhaité à mes 8 ans d’avoir la paix dans le monde. D’une petite voix ferme et avec toute la sincérité du monde. J’avais 8 ans. Ma mère m’a répondu, un peu gênée « Mais ça n’est pas possible ma chérie ». J’ai demandé : « Mais pourquoi ? ». Elle a dit : « Je ne sais pas. Ça n’existe pas. »

Hier, ma petite fille m’a demandé : « Tu pleures, Maman ? ». Je n’ai pas trop su quoi lui répondre.

Parce qu’il y a quelques mois de ça déjà, elle m’a vue pleurer pour de vrai. Son Papa a répondu à ma place. Et elle m’a serré très fort dans ses bras. Elle n’avait même pas 2 ans encore.

Mais hier, Papa n’était pas là.

Comment lui expliquer que je ne pleurais pas parce que je ne savais pas comment réagir. Elle ne lit que les expressions sur mon visage. Elle y a vu de la tristesse mais pas de larmes. Elle n’a pas compris. Moi non plus.

Je ne comprends pas ce qui s’est passé, dans les faits.

Je ne comprends pas comment « on » a fait pour en arriver là, techniquement, politiquement, logistiquement.

Et surtout, même si je devine toute leur désarroi, je ne comprends pas la perte des familles, des proches, des amis de ces personnes partis dans le chaos.

Je voudrais ne jamais la comprendre, en fait.

Je voudrais que jamais personne ne la comprenne, que ce soit ici, ou ailleurs.

Je voudrais que ma fille ne comprenne jamais ce que je suis en train de vivre. Je voudrais qu’elle garde son innocence.

Je voudrais avoir à nouveau 8 ans. Garder ma vision de petite fille. Me blottir dans les bras de ma maman et la réconforter à mon tour.

Mais j’en ai 20 de plus. J’ai vu et vécu des choses pas très chouettes entre-temps. Et j’ai perdu mon innocence. Je ne lutte plus contre un monde fou avec des crayons pastels. Je me contente de regarder le monde devenir fou.

Et je suis triste.

Mon coeur est à Bruxelles

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le

#prayfortheworld